La préparation d'Hirondelle pour un an de chantier


Les choses sérieuses commencent désormais. Avant de prendre la mer pendant un an, il nous faut préparer le voilier afin d'assurer la sécurité de l'équipage et le bon déroulement de l'expédition.


Hirondelle a trouvé bon port, un bel emplacement au fond du chantier KVK. On s'installe donc pour un an de travaux, se donnant pour défi d'être prêt pour une mise à l'eau en octobre 2019. D’ici là nous devrons retirer la fibre de verre du pont (en iroko), poncer et vernir les mâts, vérifier le moteur, refaire les peintures intérieures et extérieures, revoir l’électricité, vider et nettoyer les réservoirs, et finir la cabine avant. Weekends et soirées s’annoncent chargées.


Avant de pouvoir attaquer ce travail, il nous faut préparer les lieux.

Première étape, entièrement vider le bateau. La tâche paraît simple. Trois semaines plus tard, en remplissant la voiture (puis la cave et notre appartement) tous les soirs, et avec l'aide précieuse des parents d'Aurélien, nous terminons enfin.


Aurélien et David s'appliquent sur la charpente

Deuxième étape : construire une structure pour soutenir une bâche (et trouver une bâche). Heureusement, les renforts, du nom de Julien, Tristan et David, sont arrivés plein de ressources. Aucun de nous ayant déjà fabriqué une charpente, on s'est creusé le ciboulot et on a bien ri ! L’internet étant notre ami, Google nous aide à trouver un modèle qui nous plaisait bien, et les vidéos tutoriels sur YouTube nous montrent la marche à suivre.


On construit au sol, appuyé sur de très nombreux tréteaux, puis on monte chaque ossature sur le bateau grâce à un bout, avec deux personnes à la réception sur le pont. Les grains s'enchaînent, rafales, froid et grêle, rien ne nous arrête. A la fin du weekend, notre structure est construite. Il ne nous restera qu'à arrondir les angles et rajouter quelques vis avant de pouvoir accueillir une bâche pour protéger Hirondelle durant l'hiver brestois. Pour le moment, on va vite se réchauffer avec un chocolat viennois bien mérité.


Début décembre, l'entreprise Kerboat a installé une bâche thermorétractable. L'essentiel est protégé.


Construire un escalier d'accès

L'échelle s'avérant peu pratique avec la bâche, nous nous attaquons à la construction d'un escalier. Cette fois, la tâche mérite d’avantage de préparation. La veille, on dessine un plan, on prend les mesures sur un escalier qui nous sert de modèle, on achète le bois, et on recrute un complice. Notre objectif : un escalier de 3 m de hauteur, 70 cm de large, avec des marches de 23 cm, assurant confort, stabilité, et sécurité à moindre coût.


Tristan imagine l'escalier

Cette fois encore, il faut construire une oeuvre 3D alors que nous, simples mortels, restons solidement collés au sol, 2D. Inventifs, on se sert de nos bras (mais aussi de nos têtes) pour atteindre les cieux, une marche à la fois.


L'escalier terminé, nous ajoutons une plateforme de 70 cm par 80 cm pour faciliter la montée et la descente, ainsi que l'ouverture de la bâche. Les premiers tests montrent le potentiel de notre création, mais nous indiquent clairement qu'il faut stabiliser l'escalier avec une croix de St André (comme on l’appellerait dans le milieu).











Eclairage de pont

Comme nous commençons les travaux avec un soleil plutôt paresseux, on s'est dit qu'un peu de lumière serait nécessaire pour nous éclairer lors des longues nuits d'hiver. Deux néons accrochés sur la charpente, et voilà que notre belle Hirondelle se transforme en incroyable lanterne, attirant le regard et attisant la curiosité des passants du port.


Hirondelle de nuit

Nous sommes le 16 décembre et prêts à commencer le travail.

0 vue

CONTACTEZ-NOUS

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube

© 2020 SAILING HIRONDELLE - Tous droits réservés - Mentions légales

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now